HE Sheikh Jamal al-Dhari est l’un des leaders de la tribu al-Zoba en Irak. C’est également le neveu du leader religieux musulman Sheikh Harith al-Dhari.

Jamal est né dans le district d’Abu Ghraib en Irak, le 16 juillet 1965. Il a grandi au sein de la tribu al-Zoba et, dans les années 1970, il a été scolarisé à l’école Hafsa.

Dans les années 1980, Jamal a été appelé à joindre les forces armées irakiennes pour combattre dans la guerre Iran-Irak. Sur le front, il a combattu aux côtés d’officiers et d’amis sunnites et chiites, au sein de la Garde républicaine irakienne.

En 1987, Jamal et ses compagnons de l’armée ont été accusés d’être contre le régime baasiste et, en 1988, ils ont été condamnés à une peine de prison en cour martiale. En 1990, lorsque Saddam Hussein a envahi le Koweït, Jamal et ses compagnons ont été libérés car Saddam avait vraiment besoin du soutien des tribus sunnites pour sa famille et son régime.

À la suite de l’invasion de l’Irak par les forces de la coalition en 2003, Jamal a été un partisan virulent du nationalisme irakien et de l’auto-détermination. En 2005, sa famille et lui ont combattu contre l’occupation du territoire irakien par al-Qaïda et, en conséquence, Jamal a perdu 70 membres de sa famille dans cette lutte.

En 2014, Jamal a contribué à la fondation du think tank à but non lucratif Peace Ambassadors for Iraq (les ambassadeurs de la paix pour l’Irak), dont l’objet est d’expliquer la situation actuelle de l’Irak au public occidental, de déterminer les meilleures politiques pour éliminer entièrement l’EI/Daesh et les autres forces terroristes d’Irak, et de rassembler un soutien international en faveur d’un Irak intégré.

À l’heure actuelle, Jamal œuvre au renouvellement en Irak en posant des fondations inclusives et non sectaires pour tous les Irakiens.